Blog sur le coaching : positivité saine et toxique

Publié le : 09 juin 202110 mins de lecture

La plupart des coaches sont très positifs et c’est une chose merveilleuse. La positivité aide nos clients à croire en eux-mêmes et en leurs objectifs. Et c’est une des clés pour les aider à atteindre ces objectifs. La positivité est, donc, l’une des clés d’un coaching magistral. Mais parfois, les coachs, et leurs clients, comprennent mal ce qu’est réellement la positivité, quand elle est la plus puissante, comment la cultiver et comment bien l’utiliser. Comme tous les outils puissants, la positivité, lorsqu’elle est mal utilisée, peut causer des problèmes. C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles les coachs professionnels doivent être bien formés, afin de comprendre les nuances des outils puissants qu’ils utilisent. Sinon, ils risquent de se retourner contre eux.

Barbara Fredrickson : la positivité saine.

Barbara Fredrickson, chercheuse en psychologie positive, appelle positivité l’expérience d’émotions positives telles que la gratitude, la sérénité, l’amour, etc. Le fait d’en faire régulièrement l’expérience en quantité suffisante peut être transformateur et conduire à l’épanouissement en élargissant la conscience, en développant nos forces et en nous aidant à devenir la meilleure version de nous-mêmes.

Elle établit des distinctions entre les formes de positivité les plus utiles, telles que la positivité naturelle et artificielle, spontanée et non sincère, et la positivité harmonieuse et non obsessionnelle. Ces dernières sont moins utiles, mais selon Fredrickson, la plupart des gens peuvent bénéficier d’une expérience plus positive.

La positivité saine peut, parfois, inclure des émotions positives intenses, mais elle comprend, plus souvent, des sentiments subtils tels que l’ouverture d’esprit, la curiosité, l’empathie, le contentement, l’optimisme, la générosité, l’harmonie, la gentillesse, la compassion, la sagesse, la persévérance, la flexibilité et la confiance dans les autres (remarquez que la plupart de ces éléments sont des forces de caractère). La positivité saine n’est pas positive à 100 %.

C’est plutôt 75-90% de positivité, avec le temps. Vous pouvez être positif tout en ayant des moments difficiles et même de mauvaises journées. L’essentiel est que vous puissiez réagir à la vie au lieu d’essayer de la contrôler. Et vous utilisez votre sagesse pour créer des habitudes positives qui vous font du bien, mais qui, en fin de compte, vous aident, vous et votre entourage, à être en meilleure santé, à réussir, à avoir des relations plus solides et même à vivre plus longtemps (selon certains chercheurs).

En revanche, la positivité toxique a tendance à être intense, voire implacable. La personne a pour objectif d’être positive à 100 % et veut que les gens qui l’entourent le soient aussi. La positivité toxique est égocentrique, artificielle, rigide, peut faire fuir les autres, est parfois désespérée et tend à mener à l’échec.

A quoi ressemble la positivité toxique ?

La positivité toxique a une qualité maniaque. Elle ne remarque pas les préoccupations réelles ou ne réagit pas à ce qui se passe. Elle semble fausse aux yeux des autres et ils sont moins susceptibles de lui faire confiance (imaginez un vendeur trop amical ou trop excité qui vous donne envie de fuir). La positivité toxique n’est pas curieuse ou réactive parce que la personne a, déjà, décidé comment elle sera – positive – quel qu’en soit le prix. Au lieu d’être ouvert à l’apprentissage de ce qui se passe, ou de remarquer comment les autres réagissent, la positivité toxique prétend que tout est bien.

On avait un ami appelé Bob qui étudiait la loi de l’attraction, dans l’espoir que cela l’aiderait à développer son activité de coaching. Il a essayé une nouvelle campagne de marketing et je lui ai envoyé un SMS plus tard pour voir s’il avait eu une bonne réponse. Il m’a répondu : J’étais heureux qu’il ne soit pas découragé, mais la curiosité de ce qui ne fonctionnait pas et un plan pour l’améliorer auraient pu le conduire au succès plus rapidement.

La positivité toxique

Elle porte un jugement ou manque de compassion. Elle dit aux autres d’arrêter d’être aussi négatifs. Elle évite les personnes malades ou déprimées (si le fait de côtoyer la souffrance nuit à votre humeur, faites une pause, mais vous n’êtes pas obligé d’éviter tous les amis qui sont déprimés).

La compassion est positive. La positivité toxique est égocentrique et les autres y répondent, souvent, négativement. Lorsque la ville de Bob a été engloutie par une dangereuse catastrophe météorologique qui a privé des milliers de personnes d’électricité et d’Internet, rendu les routes impraticables, pendant des jours et mis un nombre incalculable d’humains et d’animaux en danger de mort, je lui ai demandé s’il allait bien.

La positivité toxique est égoïste et ne peut pas voir au-delà de son propre agenda. C’est un mauvais service rendu aux autres et les gens se sentent vidés par cette attitude. J’ai fait une pause dans le rire incessant de Bob et je lui ai expliqué pourquoi.

La communication

Comme on pouvait s’y attendre, il n’a pas compris, probablement parce que son agenda l’en empêchait. On sait qu’il reviendra à lui avec le temps. La plupart des gens se remettent de la positivité toxique. Mais si vous êtes positif et que vous agacez ou offensez les gens, ou si vos amis s’éloignent, ce n’est peut-être pas eux qui sont en cause. C’est peut-être vous.

À présent, vous avez une assez bonne idée de la différence entre la positivité saine, qui est transformatrice, et la positivité toxique, qui peut être nuisible pour vous et les autres. Savoir quand appliquer la positivité de Fredrickson est une clé. Continuer à être soi-même en est une autre. Et n’oubliez pas que les émotions ne sont que des informations sur la façon dont la vie se déroule pour vous.

La plupart des gens, la plupart du temps, n’ont pas besoin d’ignorer les sentiments négatifs. Ils doivent prêter attention aux informations qu’ils reçoivent de ces sentiments et y répondre. C’est une approche positive. Mais il y a des moments où la négativité n’aide pas vraiment et nuit même. C’est alors qu’un surcroît de positivité peut avoir le plus grand impact.

Comment accroître votre positivité ?

Le passé, si vous êtes un ruminateur invétéré : quelqu’un qui rumine chaque erreur que vous avez commise, chaque embarras, chaque affront ou critique perçue de la part des autres, chaque sentiment de douleur ou moment de colère que vous avez vécu, chaque frustration, etc. Changez vos pensées – vers des recadrages plus positifs, par exemple en acceptant les erreurs ou les critiques comme des occasions d’apprendre et de faire de meilleurs choix, ou en concevant votre vie de manière à faire davantage ce que vous savez faire et à vous entourer de personnes qui vous soutiennent et croient en vous. Si vous êtes, déjà, modérément ou gravement déprimé, la pensée positive peut ne pas suffire. Demandez l’aide d’un thérapeute. Mais cultiver une positivité honnête est une habitude saine.

Entourage et environnement

Le présent, si vous êtes un râleur chronique : quelqu’un qui n’est jamais tout à fait satisfait, qui est déçu par l’absence d’excellence, dans tous les domaines, qui se bat contre chaque instant et peut-être même contre tous les autres êtres humains, vous vous épuisez et vous épuisez tous ceux qui vous entourent.

Les personnes qui se plaignent sont des draineurs. Ils peuvent, également, être toxiques et nuire littéralement à leur propre santé et à celle de leur entourage. Nous avons tous un biais de négativité qui fait qu’il est plus facile de remarquer le mauvais que le bon, et lorsque nous sommes stressés, cette tendance est, encore, plus forte.

Le problème est que plus nous nous concentrons sur ce que nous ne voulons pas, plus nous obtenons ce que nous ne voulons pas. De plus, les gens commencent à nous éviter. Ne soyez pas un draineur. Il faut de la discipline pour commencer à remarquer ce qui va bien et à l’apprécier, mais l’effort en vaut la peine. Même si le seul point positif de votre vie est que vous respirez, c’est plutôt génial compte tenu de l’alternative.

Sentiment d’angoisse et d’inquiétude

L’avenir, si vous êtes un inquiet permanent : vous essayez de contrôler l’avenir, ce qui fonctionne rarement, et vous utilisez un outil coûteux et inefficace, en plus. Comme on dit, l’inquiétude n’est pas un plan. Pire encore, l’inquiétude a tendance à nous rendre anxieux et l’anxiété est l’une des maladies mentales les plus courantes.

Encore une fois, si vous êtes chroniquement anxieux, laissez un professionnel vous aider, mais si vous avez juste besoin d’une mise à niveau, essayez d’imaginer ce que vous voulez au lieu de ce que vous ne voulez pas. Puis demandez-vous comment vous pourriez le créer. Si vous avez besoin de plus de ressources pour y parvenir, commencez à les construire.

Si vous craignez que quelque chose ne se passe mal, planifiez à l’avance comment vous allez gérer la situation. Ces outils peuvent vous aider à développer votre confiance en vous afin que la peur ne prenne pas le dessus sur vous. Avec le temps, vous vous sentirez mieux et vous obtiendrez de meilleurs résultats.

Plan du site