Comment une entreprise peut entrer en bourse ?

Publié le : 09 juin 20214 mins de lecture

L’introduction en bourse : IPO est l’offre, pour la première fois et à un large cercle d’investisseurs, de capitaux propres détenus jusqu’à présent par un cercle limité d’actionnaires, éventuellement combinée à une augmentation de capital et à l’introduction sur un marché secondaire, une bourse.

Une entrée en bourse : Société par action

La cotation associée à l’entrée en bourse peut être recherchée dans différents segments, tels que la négociation officielle, le marché réglementé, le Neuer Markt ou la négociation de gré à gré. 

Outre l’organisation du marché, ils diffèrent par les conditions d’admission respectives. 

En principe, la forme juridique d’une AG ou d’une KgaA, la préparation d’un prospectus avec des états financiers annuels audités pour les trois derniers exercices, et un certain nombre minimum d’actions, ainsi qu’un montant minimum et une distribution minimum du capital social sont requis.

 Sinon, aucune transaction liquide ne peut se développer et les investisseurs institutionnels ne sont alors pas prêts à souscrire à l’offre d’achat.

 Une condition préalable est de facto le soutien d’une banque d’investissement : Pour les grandes entreprises et les volumes ou d’une société de capital-investissement. 

Ainsi, une introduction en bourse coûte déjà 7 des revenus espérés en raison des consultations juridiques nécessaires, des audits supplémentaires et des frais.

En outre, il existe une importante décote pour les introductions en bourse : Les investisseurs financiers modifient leurs portefeuilles et ne souscrivent aux nouvelles actions que s’ils peuvent les obtenir avec une décote par rapport à la valeur calculée dans l’évaluation. 

Au total, les actionnaires existants et la société ne reçoivent que 75 à 80 % de la valeur des actions. 

La banque d’investissement ou la société de capital-investissement accompagne l’entreprise sur une plus longue période et intervient souvent dans la politique commerciale.

L’objectif est de préparer l’entreprise de manière à ce qu’elle devienne attractive selon les idées des investisseurs externes.

La direction se sent souvent sous pression et doit s’impliquer personnellement dans le problème.

Avant l’introduction en bourse proprement dite, d’autres préparatifs doivent être effectués, notamment la vérification préalable, la préparation du prospectus et l’élaboration d’un plan d’affaires, qui est ensuite présenté aux investisseurs potentiels lors d’un roadshow.

B. Le prix d’émission au cours des premiers jours de négociation

Aujourd’hui, le prix d’émission est fixé dans le cadre d’un processus en deux étapes : Bookbuilding. 

Tout d’abord, l’émetteur et le conseiller déterminent et publient une fourchette de prix. 

Cette fourchette de prix est basée sur l’évaluation et une exploration préalable de la demande des investisseurs institutionnels.

 Dans un deuxième temps, les ordres d’achat sont recueillis dans cette fourchette dans le cadre d’une offre formelle et sur la base de ceux-ci, le prix uniforme pour l’attribution de toutes les actions est alors déterminé.

Dans de nombreux cas, les banques d’investissement travaillent avec une option de type greenshoe.

Ce n’est qu’à quelques exceptions près que le prix dépasse le prix d’émission au cours des premiers jours de négociation, un phénomène connu sous le nom de sous-évaluation, qui a trouvé diverses explications.

Le caractère cyclique des questions est observé. 

C’est surtout dans les phases et les segments de marché attrayants, les marchés dits : Hot-issue, que l’on observe une forte activité d’émission et parfois une certaine euphorie.

Conclusion

Dans tout cela, la direction ne doit pas oublier qu’il existe de nombreuses alternatives à une introduction en bourse.

Il s’agit notamment de la vente à une autre société, par exemple à un holding financier ou à une autre société qui utilise des technologies similaires ou qui est active sur le même marché de produits.

Plan du site